Lundi 24 septembre 2018 – BUDAPEST

Il a plu une bonne partie de la nuit. Nous étions réveillés de bonne heure et nous prenions notre temps en espérant une amélioration de la météo pour partir visiter Budapest. Anne-Marie a eu une idée très « particulière » pour occuper le temps en laissant tomber malencontreusement son téléphone portable derrière la banquette en voulant le recharger sur la prise électrique. Résultat : Jean a passé 2 h pour tout démonter et remonter le mobilier.

Après cet épisode « bricolage » le soleil commence à se montrer lorsque nous sommes partis. Dix minutes à pied puis le métro et nous étions à pied d’œuvre pour aller visiter cette très belle capitale. Cette ville de 1,8 millions d’habitants est coupée en deux par le Danube. D’un coté BUDA avec son château royal et l’église St Mathias, de l’autre PEST avec notamment le Parlement. Nous avons opté pour les bus Hop on Hop off et avons commencé notre visite par BUDA.

 

Un pont du XIXème siècle, appelée « pont des chaînes » relie la vieille ville vallonnée de BUDA à celle beaucoup plus plate de PEST.

 

En montant à pied dans la vieille ville (le funiculaire était en maintenance) nous avons pu jouir d’un magnifique panorama sur le Danube et la ville de PEST.

 

 

 

 

Nous avons commencé par le Palais royal. C’est au 13ème siècle qu’une 1ère forteresse fut construite à cet endroit. Au 18ème et 19ème les Habsbourg qui régnaient sur la Hongrie ont voulu en faire une résidence royale en lui donnant un style néobaroque. Aujourd’hui, il abrite un musée. Comme il est midi, nous assistons à la relève de la garde.

 

L’église St Mathias a pris son nom au 19ème siècle. La décoration actuelle date de l’époque de l’impératrice Élisabeth d’Autriche (ou Sissi) qui a été couronnée, reine de Hongrie, dans cette église. La tour Mathias s’élève vers le ciel d’une hauteur de 80m.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Devant l’église, la place de la trinité doit son nom à la colonne de la trinité qui orne le centre. L’ancien hôtel de ville borde cette place.  Elevé fin 19ème et début 20ème, le bastion des pêcheurs est un ensemble néoroman de remparts et de tourelles qui peut faire penser à un château de contes de fées.

 

 

 

Nous poursuivons notre visite à travers les rues de Buda dont les maisons de style baroque sont très colorées.

 

 

 

 

 

 

 

Nous terminons par un petit tour avec le bus et longeons à nouveau le Danube et ses jolies ponts. Notamment le pont de la liberté qui est un des plus originaux de la ville. C’est un bel exemple d’architecture métallique inauguré en 1896 par l’empereur lui-même. Il prit son nom actuel en 1946.

 

Aujourd’hui nous avons parcouru 0 km en camping-car.

Dimanche 23 septembre 2018 – De SAPANTA (Roumanie) à BUDAPEST (Hongrie)

C’est le départ !

Dès 6 h 30 du matin les 1ers camping-cars quittent le camping pour retourner vers la France ou la Belgique ou encore l’Espagne. Beaucoup de kilomètres à parcourir aussi la journée sera longue. En ce qui nous concerne c’est à 8 h 30 que nous partons en saluant les derniers camping-caristes. Il n’y a pas de pluie et il fait bon. En cours de route, nous croisons des personnes qui ont revêtu leurs plus beaux habits du dimanche pour aller à l’église.

 

 

 

 

 

 

Nous faisons un arrêt à Satu Mare pour faire quelques courses et utiliser nos derniers Lei à la station service. Les radars ne nous font pas peur car ils sont dans un piteux état.

 

 

Bientôt la frontière Rroumaine et hongroise : 40 minutes d’attente car il y a des files de voitures et le contrôle est particulièrement stricte.

 

 

 

 

 

Nous regagnons rapidement l’autoroute qui nous amène jusqu’au camping de Budapest. Aujourd’hui nous avons eu du soleil et nous espérons qu’il en sera ainsi demain pour la visite de la ville.

Aujourd’hui nous avons parcouru 430 kms en camping-car.

 

Samedi 22 septembre 2018 – De VISEU DE SUS à SAPANTA

Nous sommes prêts dès 8h30 pour embarquer à bord du train des bûcherons. Cette ligne à voie étroite (66,6 cm) a été construite entre 1930 et 1933 pour les besoins du transport de bois dans la vallée de la Vaser. Avec les beaux jours, les locomotives à vapeur emmènent les promeneurs au cœur du massif montagneux. Il y a un poêle dans les wagons mais il ne fonctionne pas. Tout au long de ce circuit de 21,6 kms, nous découvrons de nombreuses scieries encore en activité, et des paysages d’automne le long de la Vaser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivés au terminus, un coin de pique-nique est aménagé avec des plateaux repas pour ceux qui le souhaitent. Le tout accompagné par de la musique et des danses folkloriques . Il fait très beau mais un peu frais.

 

 

 

De curieux engins parcourent les voies pour emmener le personnel.

 

 

 

 

De retour au parking de la gare, nous reprenons les camping-cars pour traverser des petits villages typiques. Spécificité propre à la région des Maramures, des portails de bois, très joliment sculptés, accueillent les visiteurs à l’entrée de belles maisons.

 

 

 

Nous nous arrêtons visiter l’église de Ieud appelée « cathédrale en bois » qui a été bâtie en 1718. Ses bardeaux de toiture son particulièrement remarquables. A l’intérieur on remarque une belle collection d’icônes sur verre car c’est une église gréco-romaine. Ce qui attire aussi notre attention c’est son cimetière joliment décoré par des peintures sur chaque tombe. C’est une tradition locale.

 

Nous poursuivons par la visite de Barsana. En 1993, un nouveau village a été créé sur l’emplacement d’un ancien monastère. Cette réalisation est remarquable et abrite une quinzaine de moniales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est sous la pluie que nous arrivons à Sapanta renommé pour son cimetière « joyeux ». Chaque tombe est ornée d’une croix en bleu sur laquelle est peinte une scénette aux couleurs vives. Ce dessin résume ainsi un trait de caractère, la principale occupation dans la vie, ou encore, les circonstances dans lesquelles la personne est décédée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malgré les averses, c’est dans la bonne humeur que nous terminons cette journée et notre voyage en Roumanie par un repas au restaurant du camping. Des chants et danses ajouteront de la gaîté à cette fin de voyage en groupe.

 

Aujourd’hui nous avons parcouru 93 kms en camping-car.

 

Vendredi 21 septembre 2018 – De SUCEVITA à VISEU DE SUS

La journée ne comportant pas de visites, nous prenons le temps de flâner ce matin. Ce n’est qu’à 10 h que nous quittons le parking. La route s’élève très rapidement dans la montagne pour atteindre un 1er col à 1109m d’altitude

 

 

 

 

 

Cette route de montagne est bordée le plus souvent de sapins et nous offre de jolies points de vue sur les fermes et la vallée .

 

 

Depuis le début de notre séjour en Roumanie nous avions remarqué le très mauvais état des panneaux de signalisation mais aussi des parapets des ponts et des barrières de sécurité.

 

Après Sadova nous arrivons sur la RN 17 et passons bientôt un nouveau col à 1096m d’altitude. La route est belle et nous arrêtons sur un parking pour déjeuner et jouir d’un nouveau panorama.

 

Nous quittons la route n° 17 pour prendre à droite la route n° 18. Pendant une vingtaine de kilomètres, nous ne dépassons pas les 30 kms/h car la route est en très mauvais état. Par contre les villages sont très jolis et font penser aux villages autrichiens.

Avant d’arriver au col de Prislop (1416m) on aperçoit un nouveau monastère qui vient d’être construit. Il n’est pas encore tout à fait terminé.

Puis la descente nous amène à Borsa puis Moïsei et Viseu de Sus après s’être arrêté très souvent du fait des travaux routiers très importants. Nous stationnons pour la nuit sur le parking de la gare où nous devons prendre demain un train touristique à vapeur.

Aujourd’hui nous avons parcouru 191 kms en camping-car.

 

Jeudi 20 septembre 2018 – SUCEVITA – MOLDOVITA – VORONET

Pour un peu de confort, nous mettons un peu de chauffage au réveil. Dans la journée il fait toujours aussi beau et chaud. Nous atteignons les 26°

Aujourd’hui nous allons visiter 3 monastères qui font partie des joyaux de la région Bucovine, mais aussi contribuent à la réputation de la Roumanie. Entièrement peintes à l’extérieur et à l’intérieur, les églises de ces monastères se présentent comme des Bibles ouvertes.

C’est en car que nous parcourons cette région. La 1ère halte est proche de notre lieu de bivouac puisque c’est celui de Sucevita. Il se présente sous forme d’une forteresse qui abrite à l’intérieur une magnifique église construite entre 1581 et 1601par le prince de Moldavie. La fresque extérieure a pour couleur dominante  le vert foncé. On y retrouve l’escalier des vertus, l’arbre de Jessé et bien d’autres personnages de l’Ancien testament et de l’histoire Moldave.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le monastère de Moldovita nous avons eu une visite guidée par une nonne Tatiana qui, pendant 1h, nous a décrit avec force d’explications toutes les représentations tant sur la façade qu’à l’intérieur. Un « puit » de science ! Nous avons tout appris avec elle et c’était très intéressant. L’église de l’Annonciation  date de 1532 et la couleur dominante de sa façade est le jaune. Comme dans chaque église de cette époque, la 1ère salle est recouverte de 472 peintures dont 366 représentent les saints du calendrier orthodoxe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après ce brillant exposé nous commençons à avoir faim. Nous jetons un petit coup d’œil au cimetière et nous remontons dans le car pour aller au restaurant. Heureusement, il est tout près du monastère. La cuisine est de bonne qualité. Au menu nous avons eu du potage aux cèpes, du bœuf avec purée et fruits confits dans le vinaigre, une mousse de framboise sans oublier le vin de Roumanie et le café.

La mère des propriétaires vit à coté dans sa petite maison qu’elle a bien voulu nous ouvrir. Elle confectionne encore des chemisiers traditionnels qu’elle vend.

La campagne environnante est verdoyante.

 

 

Nous reprenons le car pour aller visiter la confection des œufs peints

 

 

 

 

 

 

 

Nous terminons par le monastère de Voronet qui est le plus célèbre. Sa construction date de 1488 et a été fondé sur un ancien ermitage. En 1547 à l’initiative du métropolite Rosca, on a ajouté à l’église les fresques extérieures où l’esthétique et le sacré se réunissent dans une harmonie parfaite. La plus remarquable est sans contexte celle du jugement dernier couvrant toute la partie ouest. Le « bleu de Voronet » est la couleur dominante de la fresque extérieure et est considéré par les spécialistes comme unique au monde. Ce monastère est inscrit par l’UNESCO dans le patrimoine de l’humanité.

 

Après cette journée bien chargée, nous rentrons à notre bivouac. La soirée se terminera par un apéro-dinatoire festif,  tous ensemble, pour un au revoir à Doïna, notre guide roumaine.

Aujourd’hui nous avons parcouru 0 km en camping-car puisque nous étions en car.